Promo ! ATTRATTIVO LIQUIDO PER VESPA VELUTINA STICK 10 ML

BÂTON D'ATTRACTION LIQUIDE POUR GUÊPES VELUTINA 10 ML

0985

Nouveau produit

Liquide attractif pour Vespa velutina en bâtonnet monodose de 10 ml à diluer.

Dose pour n.2 pièges

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

1,80 € TTC

-0,60 €

2,40 € TTC

En savoir plus

Stick monodose pour la surveillance et la capture du frelon asiatique.

Le bâton est suffisant pour deux pièges.

Exécuter le piège pour contenir l'expansion de la Vespa velutina est très important, ci-dessous un extrait de l'Université de Turin-Disafa.

CALABRONE ASIATIQUE (VESPA VELUTINA) : SURVEILLANCE ET TRAITEMENT - POUR SOIGNER L'UNIVERSITE DES ETUDES TURINES - DEPLACEMENT

Recherche et surveillance L'arrivée en Italie du frelon asiatique Vespa velutina nécessite l'adoption rapide d'une série de mesures pour signaler rapidement sa présence, de cette façon il sera possible d'identifier et de détruire les premiers foyers, afin d'arrêter, ou du moins de ralentir, la propagation de ce nouveau fléau dans notre pays. La présence du bourdon d'Asie peut être facilement observée dans le rucher lorsqu'il vole devant les portes pour attraper les butineuses ; en alternative, de simples pièges à bouteilles peuvent être installés près des ruches.

À cette fin, on peut utiliser efficacement des bouteilles en plastique transparent non coloré avec des bouchons TapTrap®, qui ont donné de bons résultats dans les stations de surveillance activées ces dernières années en Ligurie et au Piémont. Le bouchon est relativement peu coûteux et de longue durée ; l'accrochage/décrochage des bouteilles prend quelques secondes et toute l'opération est rapide ; les bouteilles sont recyclées. Les pièges peuvent être placés dans différents environnements sans limites, en les suspendant à des branches d'arbres et d'arbustes, ou à des crochets spécialement conçus, à une hauteur au-dessus du sol de 1,50-1,80 m (Figure 1 et 2). Dans les ruchers, compte tenu du comportement de chasse des bourdons, il peut être approprié de placer les pièges sur les côtés des rangées de ruches, à environ 20 à 50 cm de la paroi de la ruche et à une hauteur ne dépassant pas le niveau du couvert ; si des captures anormales d'abeilles sont observées, elles doivent être espacées davantage. Les bouteilles doivent être vidées périodiquement, chaque semaine ou au plus tard tous les quinze jours, éventuellement toujours le même jour de la semaine. Ce taux d'échantillonnage est nécessaire pour pouvoir reconstituer, a posteriori, la tendance de la présence du bourdon dans les différents milieux. Le contenu de la bouteille peut être versé dans un tamis pour récupérer tous les insectes capturés ; ceux-ci doivent ensuite être placés dans un récipient (ceux en polystyrène transparent pour aliments de 15 x 20 x 3 cm avec un couvercle sont très appropriés), placé sur une feuille de papier absorbant (Figure 3). Les récipients doivent être conservés au congélateur jusqu'à leur expédition au laboratoire qui procédera à l'analyse du contenu. Pour permettre à ceux qui vérifieront le matériel d'avoir les données nécessaires, les informations suivantes doivent être notées sur le couvercle ou sur la feuille de papier insérée dans le conteneur : emplacement, date de mise en place et de vidange, tendance climatique de la période. Pour chaque station, il est nécessaire de recueillir des informations générales concernant : les coordonnées géographiques, l'altitude au-dessus du niveau de la mer, le type d'environnement dans un rayon de 1 km, l'indication des stations météorologiques les plus proches à partir desquelles vous pouvez obtenir des données. La découverte, même si elle n'est que suspecte, de V. velutina, en particulier dans des endroits autres que ceux déjà connus, doit être immédiatement signalée aux associations apicoles locales et à l'Observatoire apicole "Don Giacomo Angeleri" de l'Université de Turin (www.vespavelutina.unito.it), afin de fournir une image actualisée de la situation en Italie et d'essayer d'éradiquer les nouveaux foyers. Le but de la surveillance est de savoir comment V. velutina se répand sur le territoire national ; cette information ne doit pas rester une fin en soi, mais doit surtout servir à intervenir rapidement et à détruire les colonies avant qu'elles n'élèvent les nouvelles reines. L'observation de la direction de vol des frelons peut être utilisée pour tenter de localiser les nids, mais dans les milieux inaccessibles et boisés, ce résultat est très difficile à obtenir sans l'aide d'un équipement électronique approprié. Les stations de surveillance permettent également de connaître les autres espèces présentes (autres guêpes, abeilles, autres abeilles sauvages, diptères, lépidoptères, etc.) et d'évaluer l'impact de ces prélèvements sur l'environnement. Capture de masse En ce qui concerne la capture de masse (piégeage), aucune solution n'a encore été trouvée. Les nombreuses tentatives de lutte contre V. velutina en France ne l'ont pas empêchée de s'étendre sur 75% du territoire. Il est nécessaire de ne pas s'émouvoir et de suivre l'idée que le dernier conseil reçu par l'ami/connaissance sur le type de piège et/ou d'attraction pourrait être le plus décisif. L'aspect vraiment important est la vérification rigoureuse des insectes capturés (période de présence, quantité, ...) et la communication des résultats à ceux qui travaillent pour avoir une vision globale du phénomène. Dans nos milieux, où le bourdon asiatique vient d'arriver, le piégeage printanier dans les zones de première introduction pourrait s'avérer utile pour capturer les fondateurs sortant des abris d'hiver pour établir les nids primaires, afin de tenter de réduire leur expansion sur le territoire. Les Français, en revanche, déconseillent cette activité dans les zones où l'insecte est désormais stabilisé, car ils estiment que la compétition entre les reines pour les ressources et les sites de nidification provoque un stress et une mortalité, à tel point qu'elle est plus efficace que le piégeage lui-même.